Interview pour présenter le service de Taxi Moto Urban Driver sur Reve FM

Reve FM
J'ai eu le plaisir d'être invité le 02 Mars sur Rêve FM. Les animatrices Lorraine et Ombeline présentent l'émission "La Matinale de Rêve" et font entre autres des interviews de jeunes entrepreneurs.

Retrouvez le podcast de l'emission sur le site de l'Essec ICI et le Groupe "La Matinale de Rêve" sur  Facebook ICI.


Shopping Noël au Printemps Haussmann

Similaire au service d'Urban Driver qui propose de faire votre shopping de Noël en Taxi moto, Smart vous accompagne pour faire votre shopping de Noël au Printemps.

Grâce à smart, aller faire vos courses de Noël devient magie et plaisir.

Smart

Découvrez le confort et la praticité de la smart grâce à ce service de voiturier proposé par la marque.

Sur simple appel, un chauffeur en smart vient vous chercher à domicile et vous ramène après votre shopping.

 Le service de navette est disponible les samedis 6, 13 et 20 décembre 2008 et les dimanche 7, 14 et 21 décembre 2008 (* dans certains magasins uniquement).

Ce service est entièrement gratuit et disponible au Printemps Haussmann, Nation, Rouen, Lille, Lyon, Italie, Toulon, Rennes, Marseille, Metz, Nancy et Strasbourg.

Pour réserver votre chauffeur smart, il vous suffit de prendre rendez-vous à partir du 1er décembre au 01.40.93.99.16. (réservation & conditions de l’offre par téléphone, prix d’un appel local).

* Dimanches: le 7 décembre uniquement Rouen, les 14 et les 21 décembre Haussmann, Rouen et Lyon.

Source: http://www.printemps.com/services/vos_services/index.aspx?ArticleID=18705


Les Taxis Bleus transformés en bureaux connectés au Web

Wifi Associée à SFR et vYSoo, la compagnie de taxis teste un dispositif de Wi-Fi embarquée pour les passagers. Les embouteillages paraîtront moins long.

Un jour, des hommes d'affaires, clients d’une grande chaîne d'hôtels, se seraient plaints auprès de la direction du groupe : "Vos ascenseurs sont trop lents !". Devant l'impossibilité d'accélérer le débit des machines, les responsables de l'entreprise ont trouvé une parade : ils ont installé des miroirs dans les cabines. Depuis, les cadres se regardent la glace et ne voient plus passer le temps !

Même problématique dans les taxis : certains usagers profitent des trajets pour se détendre ou se concentrer avant leur rendez-vous suivant ; mais d'autres, stressés, ont l'impression de perdre leur temps entre l'aéroport ou la gare et leur destination. Les compagnies de taxis réfléchissent donc à différents moyens de les occuper.

Fin 2007, les Taxis G7 ont ainsi équipés une partie de leur flotte avec des récepteurs TNT destinés aux passagers. Les Taxis Bleus creusent une autre idée dans le sens du travail : une dizaine de taxis d'Ile-de-France, affiliés chez Taxis Bleus, proposent à leurs clients un PC connecté à une borne Wi-Fi embarquée, à partir de laquelle ils peuvent surfer sur Internet.

"Pour certains de nos clients, le taxi doit devenir une sorte de bureau élargi, explique Jean-Pierre Daverio, directeur général des Taxis Bleus. La notion de mobilité et celle de connectivité permanente deviennent alors essentielles pour eux."

Techniquement, la connexion à Internet est réalisée via une clé 3G de SFR, tandis qu'un routeur Mobile 3G-WiFi MR600 de vYSoo distribue le Wi-Fi dans la voiture. "La qualité de la connexion à Internet dépend donc de la couverture GSM, résume Marc Delort, responsable commercial de vYSoo. En région parisienne, cela marche partout, sauf dans les tunnels, bien sûr."

D'où sort vYSoo ? Cette filiale du groupe Compal (un ODM taïwanais qui  fabrique notamment les ordinateurs de HP, Dell, Lenovo, ou les téléphones mobiles de Motorola et de Sony Ericsson) est spécialisée dans le Wi-Fi mobile.

La connexion peut être partagée avec plusieurs passagers

Dans les taxis équipés, il est possible d'utiliser n'importe quel appareil doté d'une connexion Wi-Fi pour surfer sur Internet : il suffit de s'identifier sur la page d'accueil du hotspot en fournissant (pour l'instant) une adresse e-mail.

La connexion peut-être partagée avec d'autres passagers du taxi. Mais toutes les voitures qui participent à l'expérience mettent à la disposition des clients un UMPC eeePC d'Asus. Dans le cadre du test, les types de connexions et de travaux réalisés sur cet UMPC sont enregistrés à des fins d'analyse.

Pour l'instant, ce service est proposé gratuitement. "Mais d'ici à six semaines environ, ce sera payant, précise Jean-Pierre Daverio. La session sera vraisemblablement facturée un à quatre euros. Le paiement se fera sans doute soit dans le cadre d'un abonnement, soit au moment de la commande de son taxi, soit à bord."

Plusieurs centaines de "taxis Wi-Fi" à terme

L'expérimentation (dont le coût n'a pas été révélé) est financée par Taxis Bleus et vYSoo. Si ses résultats sont positifs, les 3000 artisans taxis et locataires abonnés à la centrale de réservation Taxis Bleus se verront proposer la possibilité d'équiper leurs véhicules d'un tel équipement.

"Plusieurs scénarios sont possibles, mais je pense que plusieurs centaines de taxis devraient être intéressées", estime Jean-Pierre Daverio. Coût ? "Moins d'un euro par jour, si l'on amortit l'opération sur 24 mois", assure Marc Delort. Soit moins de 730 euros.

Les taxis abonnés à Taxis Bleus et participant à l'expérience sont signalés par un discret logo sur le véhicule. A Lyon, des taxis indépendants proposeraient également ce service.

Rien à voir avec l'énorme clé 3G qu'abhorrent sur leur toit les taxis hongkongais, déjà équipés d'un routeur Wi-Fi mobile. A Taïwan, le système serait également déployé.

Source: www.vnunet.fr


Abercrombie & Fitch et Dolce & Gabbana arrivent sur les Champs-Elysées

Abercrombie_02 On s'était posé la question ICI au sujet de l'implantation d'Abercrombie & Fitch en France. Il semble que ce soit désormais dans le "pipe".

Après le Suédois H&M, c’est au tour d’Abercrombie et de Dolce&Gabbana de s’installer sur la plus belle avenue du monde. En effet, après maintes spéculations, la Commission nationale d’Equipement Commercial a tranché, et autorise les deux enseignes à ouvrir leurs boutiques sur les Champs-Elysées [Lire la suite].

Source: fashionmag.com


Liaison avec Roissy... au menu du Conseil de Paris

Le Conseil de Paris se réunit lundi 20 et mardi 21 octobre. La modification du Plan local d'urbanisme et les principales orientations budgétaires seront notamment présentées aux élus [...].

De la gare de l’Est à l’aéroport Charles-de-Gaulle

Une liaison ferroviaire directe entre Roissy et la gare de l’Est : c’est le pari de CDG (Charles-de-Gaulle) express, la future ligne reliant Paris au plus grand aéroport français. Comme Londres, Oslo ou Hong Kong, la capitale française disposera alors d’un atout supplémentaire pour ses transports. Car la route est actuellement plébiscitée par les voyageurs de Roissy : 80% d’entre eux l’empruntent, en passant par les autoroutes A1 et A3, deux des voies les plus encombrées d’Europe.

Le sujet est soumis à une délibération du Conseil de Paris le 20 octobre. Soutenant le projet CDG express, la Ville de Paris demande l’enfouissement de la ligne ferroviaire sous la porte de la Chapelle, des garanties pour un meilleur fonctionnement du RER B (qui relie l’aéroport au départ de la gare du Nord) et l’aménagement d’une liaison piétonne entre les gares du Nord et de l’Est [...].

Source: http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=8581&document_type_id=2&document_id=60893&portlet_id=20214


Boers, la police des taxis

Boers La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, annonçait [il y a quelques semaines] « l’augmentation des effectifs des Boers » * , la police des taxis, et l’élargissement de leur « rayon d’action »[...].

Record d’interpellations. Le champ d’action de ces policiers spécialisés est large puisqu’ils doivent contrôler l’ensemble des 40 000 véhicules de transport de personnes de la capitale : limousines, moto-taxis, cars… Mais la traque des taxis clandestins, parmi les 15 900 professionnels de la capitale, est leur plus importante mission. En 2005, ils avaient arrêté 43 faux taxis. Ce nombre n’a cessé de progresser : 63 en 2006 et 73 en 2007.
Depuis le début de l’année, ils en ont interpellé 89 (+ 57 %). Un record absolu !

Effectifs multipliés par quatre. Pour venir à bout des 200 à 250 taxis clandestins qui circulent dans Paris, selon la préfecture de police (1 000 selon des professionnels), les 18 Boers actuels seront dès mercredi renforcés par 15 policiers. Et, dès octobre, une nouvelle vague de 15 hommes déferlera sur la capitale. « Dès que possible, nous serons 70 », indique Pierre Pipperis, le responsable.

Compétence élargie. Jusqu’ici compétents uniquement dans Paris intra-muros, les Boers pourront prochainement intervenir dans les 86 communes de la petite couronne ainsi que dans les aéroports de Roissy et d’Orly. Une brigade de nuit va aussi être créée : c’est à l’heure de la fin du métro que les chauffeurs clandestins sortent de l’ombre. Et pour cause : jusqu’à présent, les Boers n’opéraient qu’exceptionnellement la nuit tombée.

*Boers : c’est ainsi que les Russes blancs émigrés à Paris désignaient les policiers. Il s’agit en fait d’une déformation du mot « bourre », un terme d’argot du début du XX e siècle, synonyme de « flic ».

Source: Le parisien


20 km de Paris - Mission accomplie

2008 Au lendemain de la 30° édition des 20 km de Paris dont j'ai parlé ICI, j'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai atteint mon objectif in extremis. Après 1h51mn54s en 2006, 1h41mn56s l'année dernière, j'avais fixé mon objectif pour cette année sous la barre des 1h40mn.

L'objectif paraissait atteignable mais il est vrai que mon temps depuis le début de l'année est consacré à 100% au lancement de ma société "Urban Driver". Du coup mon entrainement n'était pas aussi affuté que l'année dernière. Il a alors fallu puisé dans les ressources mentales pour boucler les 20 km en 1h39mn59s; une petite seconde qui fait toute la difference.

Je passe les 10km en 49mn28s et les 15km en 1h14mn50s. Les calculs sont simples, pour atteindre l'objectif des 1H40mn, il faut courrir en 5mn au km. Donc au 10°km, j'avais 32sec d'avance et au 15°km 10 sec d'avance, autant dire que l'avance se reduisait considérablement. J'ai vraiment pu me rendre compte lors de cette course de l'importance des secondes. On se rend alors mieux compte de l'importance des dizième et centième de seconde qui séparent les voitures de F1 sur un tour de circuit.

Jusqu'au 15°km, je gère donc la course et j'ai en tête de relancer un peu la machine au 17°km. Seul problème, c'est à partir du 16° km que les difficultés commencent à se faire sentir. Donc l'accélération du rythme que je prévoyais ne se passe pas. Mon corps ne veut tout simplement plus accéléré. Je tente tout de même d'allonger quelque peu la foulée mais au 18°km, j'ai maintenant 10 sec de retard, je passe le 19° km en 1h35mn11s, soit encore 1 sec de perdu. Entre le 18° et le 19°, je reflechis mais ne voit pas d'issue positives à ces quelques secondes de trop et suis presque près à me dire 1h40mn et quelques sec, ce sera toujours mieux que l'année dernière.

C'est au 19° km que je vais à nouveau réflechir et me dire qu'un dernier effort pendant 1 km me permettrait d'atteindre l'objectif. Les calculs fusent, il faut que je fasse moins de 4mn et 49s lors du dernier km. C'est vraiment le mental qui rentre en jeux et permet de se dépasser au cours de ces derniers mètres et c'est l'oeil sur le chrono que je passe la ligne d'arrivée en 1H39mn59s.

Enorme satisfaction d'avoir atteint mon objectif qui fut confirmé dans l'après-midi avec les résultats officiels. J'en ai déjà presque oublié les courbatures...Téléchargement diplome_2008.pdf 

PS: merci à Vincent de m'avoir accompagner et pousser durant les entrainenement et à Jean-Francois rencontré au départ pour cette superbe collaboration durant 14 km.


Les motos-taxis devraient être réglementés prochainement

Moto_taxi_08 Ils sont plusieurs centaines à circuler dans la capitale et les grandes villes de province, et ce sans aucun contrôle spécifique. Selon nos informations, le ministère de l’Intérieur s’apprête à mieux encadrer l'activité des moto-taxis.

SUR DES CHAPEAUX de roue. C’est dès la rentrée que le ministère de l’Intérieur a prévu, selon nos informations, de s’atteler à la réglementation des motos-taxis. Il y a urgence. Car le secteur, en pleine croissance, souffre d’un sérieux vide juridique.

Une activité qui explose.
Apparus pour certains il y a plus de vingt ans dans la capitale, les motos-taxis ont mis deux décennies à s’installer dans le paysage.

Aujourd’hui, ils seraient entre 150 et 300 à Paris, les autorités avouant ne disposer d’aucun chiffre officiel. La plupart sont des indépendants, seules quelques entreprises se détachant du lot. Patron d’un des leaders du secteur, Philippe Hervé est très optimiste. Sa société, MotoCab, est entrée en Bourse le 30 juillet. Une introduction certes faite sur le marché libre, réservé aux toutes petites structures. Mais c’est un début. D’autant que, parmi les actionnaires, figure un de ses fidèles clients : le chanteur et comédien Patrick Bruel. MotoCab s’attend à voir son chiffre d’affaires multiplié par sept d’ici l’an prochain pour atteindre 13 millions d’euros en 2009 et 27 millions en 2010.

Une réponse à un réel besoin. Ce succès, que partagent des entreprises comme City Bird ou Skoot, tient à une demande en plein boom. Tout d’abord parce que la capitale manque de taxis. « Le nombre de taxis à Paris n’a pas évolué depuis quinze ans. Ils sont quinze mille », soulignait au printemps Michèle Alliot-Marie dans nos colonnes (nos éditions du 28 mai). Mais aussi et surtout parce que, pour les clients, le deux-roues est synonyme de sérieux gains de temps.

Une réglementation spécifique. En matière de moto-taxi, « nous sommes face à un vide juridique », soulignait sans ambages le préfet Pierre Chassigneux, dans son rapport sur les taxis, remis au printemps au gouvernement. Et pour cause : alors que les taxis « à quatre roues » possèdent une licence et sont scrupuleusement contrôlés par les pouvoirs publics, rien de tel aujourd’hui pour les deux-roues. Ces derniers ne font en effet l’objet d’aucun contrôle particulier, tant d’un point de vue technique qu’au niveau de l’assurance. Et c’est avant tout à cela que le gouvernement entend répondre. Selon nos informations, le ministère de l’Intérieur se penchera donc sur deux points prioritaires à la rentrée : l’assurance, l’objectif étant de vérifier que chaque pilote est en règle ; et s’assurer de la solidité et du sérieux de l’ensemble des entreprises du secteur et des pilotes qu’elles emploient. Cela devrait passer par une autorisation préfectorale de l’activité, aujourd’hui inexistante. Des contraintes que les professionnels eux-mêmes appellent de leurs voeux. « Nous réclamons une réglementation qui permettrait de s’assurer du sérieux de l’ensemble des acteurs du secteur », confirme Philippe Hervé.

Source: Le Parisien - Olivier Aubry


Question conso: motos ou taxis? JT de 20H sur FR2

Fr2_20h Après le reportage sur les Taxis-moto au 20 heures de TF1 (ICI), c'est au tour de France 2 dans l'edition du 2 Aout à 20h dans sa rubrique "Question conso" de faire un comparatif entre les taxis classiques et les taxis moto en terme de temps et de prix.

Trajet Paris - Aéroport Roissy CDG

Taxi moto - 35 minutes - 75 € / Taxi - 55 miniutes - 54 €

Trajet Paris - Aéroport de Orly

taxi moto - 30 minutes - 55 € / Taxi - 45 minutes - 35 €.

Pour voir le reportage en vidéo, cliquez ICI (Edition du 02 Aout 2008).


Journée Nationale de la Moto et du Scooter le 9 septembre 2008, Circuit Carole.

Journee_nationale_moto_et_scooter_3 "500.000 véhicules légers à moteur ont été vendus en 2007. Plus de 4 millions de français ont au moins une fois roulé sur un 2 roues à moteur en 2007. 5000 entreprises, dont 6 usines sont implantées sur notre territoire et font travailler plusieurs milliers de personnes.
La moyenne de la consommation d'essence d'un 125 est inférieur à 3 litres au cent kilomètre. Tous les services de l'Etat et de nombreuses grandes entreprises utilisent la moto ou le scooter comme outil de travail. Les motos modernes sont aux normes de pollution Euro3, et certaines peuvent même reçevoir l'ABS, voire l'Airbag!

Et pourtant, malgré toutes ces valeurs extrêmement positives pour la moto et le scooter, le monde du 2 roues à moteur souffre d'une image fortement perfectible.
C'est pour cette raison que l'agence Detocom, en partenariat avec Axa prévention et Club 14, avec le soutien de toutes les chambres syndicales professionnelles françaises et européennes et l'aide importante de la FFM, a décidé d'inaugurer, le 9 septembre prochain à Carole (près de Roissy Charles de  Gaulle), la 1ère Journée Nationale de la Moto et du Scooter

Cette journée, dont l'entrée, sur invitation uniquement, sera réservée à la presse, aux "politiques" et aux revendeurs, a pour but de mettre en avant les énormes progrès accomplis par la moto et le scooter en terme de protection de l'environnement, d'amélioration de la sécurité, de meilleure intégration dans la société française...

De nombreux exposants seront présents dans un village dédié, pour mettre en avant leurs véhicules et les faire essayer aux invités sur les différentes pistes mises à disposition, avec un tracé 100% tout terrain. Ils dévoileront certaines nouveautés en exclusivité quasi mondiale!

Plusieurs démonstrations de nature sécuritaire et environnementale seront organisées, notamment le trophée Ecomotoconduite destiné à récompenser les motocycles et les conducteurs les plus économes en carburant.
Avec la JNMS, la moto et le scooter feront, en septembre, leur entrée officielle dans l'actualité citoyenne."

Source: www.journee-motoscooter.fr