Versace signe un second bolide Lamborghini

Lamborghini_versace_2 Versace et Lamborghini dévoilent leur nouveau né. Après la Murciélago LP 640 Versace sortie à la rentrée de 2006, la maison milanaise et le constructeur automobile de luxe présentent un modèle Roadster qui pousse plus loin l’alliance entre leurs savoir-faire ainsi qu'une ligne d’accessoires.

Frappé de la livrée, ce nouveau modèle v12 de Lamborghini arbore pour la première fois un capot transparent, ainsi que des sièges en cuir noir et blanc et un habitable brodé main de motifs grecs sur cuir nappa. Personnalisable jusque dans ses moindres options, le bolide fera son apparition en novembre prochain dans les showrooms Lamborghini, accompagné de la collection d’accessoires Versace qui en est dérivée. [Lire la suite sur le site de Fashionmag].


Coup de coeur à Karl Lagerfeld: le couturier s'est habillé en jaune.

Triangle_chanel_4 Hasard ou non du calendrier, c'est lors de la fashion week Haute couture automnne hiver 2008-2009 que le styliste et photographe Karl Lagerfeld - directeur artistique de Chanel -, se prête, avec humour, à une campagne de sensibilisation pour la sécurité routière.

À partir du 1er juillet, tous les conducteurs (sauf les cyclistes et les motards) devront posséder un gilet rétro-réfléchissant et un triangle de présignalisation à utiliser en cas de panne ou d'accident, pour alerter les autres usagers de la route. À partir du 1er octobre, le non-respect de cette mesure sera passible d'une amende forfaitaire de 135 €.


La naissance de Urban Driver, le partenaire de vos voyages Urbains

Logo_4 Comme je l'ai écrit ICI, j'ai quitté mon précedent job en fin d'année 2007 en vue de me lancer dans un nouveau challenge.

C'est aujourd'hui chose faite avec le lancement de ma société "Urban Driver" ayant pour coeur de métier, le transport de personnes à moto avec chauffeur à Paris et Région Parisienne. Ce sont mes précédentes fonctions, au cours desquelles j'étais régulièrement amené à voyager, qui ont mis en évidence le besoin de proposer en région parisienne une alternative aux déplacementx urbains.

Les trains et avions manqués, les temps de transfert vers les aéroports de Roissy CDG ou Orly plus long que le temps de vol, le stress d'arriver à l'heure à son RDV, la perte de temps dans les bouchons, le stress de trouver une place de stationnement, le risque de contraventions etc... Pour en finir avec tous ces aléas de la vie Parisienne, et le strees des journées lié aux déplacements urbains, nous proposons nos services de Taxi moto ou moto taxi.

Confortablement installé sur nos motos, les chauffeurs Urban Driver vous conduisent en toute sécurité. Quel que soient les conditions de circulations, vous connaissez à l'avance votre temps de trajet. Ainsi vous optimisez vos temps de déplacement et gagnez en productivité.

Ce matin, une cliente, novice du service de transport de personnes à moto, était totalement satisfaite de la prestation. 15 minutes pour se rendre aux heures de pointe de Bois Colombes à St Ouen, la cliente a gagné au minimum 30 minutes dans sa journée.

Lors de votre prochain déplacement, un avion à prendre à l'aéroport, un train au départ d'une gare parisienne, un rendez-vous à Paris ou en Ile de France, le retour à votre domicile, vous souhaitez également gagner du temps, vous pouvez d'ores et déjà réserver un trajet en appelant notre Centrale de réservation au: 0825.625.100. (Délai de réservation: il est conseillé d'effectuer les réservations au moins 1H00 à l'avance).


A vendre Mini Cooper S - € 15 300,00

Mini_3

Vous trouverez, ci-dessous, la description de mon véhicule:

Modèle: Mini Cooper S

Année: 2004

Kilométrage: 56 000 km

Couleur ext: Gris foncé - toit noir

Options/Equipements: GPS, Semi cuir, Clim auto, Alarme, Ordi. de bord, Volant multifonction, Régulateur de vitesse.

Divers: 4 pneus récents /  révision concéssion BMW / CT ok.

Prix de vente: € 15 300.

Pour toutes questions, vous pouvez me contacter par mail : b.talureau@hotmail.fr


Quand Sarkozy draguait les taxis

Il était un temps où Nicolas Sarkozy se voulait conciliant avec les chauffeurs de taxis… C’était en avril 2007, quelques jours avant le premier tour de la présidentielle. Le candidat de l’UMP avait alors pris sa plume pour écrire au secrétaire général de la Fédération nationale des artisans du taxi (Fnat) pour le rassurer sur le fait que «les taxis sont une profession réglementée et doivent le rester». Lettre dont Libération s’est procuré une copie (lire ci-dessus) : «Je ne suis pas favorable à une déréglementation, car je n’ai pas l’intention de défaire demain ce que j’ai fait hier comme ministre de l’Intérieur et comme ministre de l’Economie.»

Le 23 janvier, lors de la présentation par Jacques Attali de son rapport qui prévoit la déréglementation de la profession, le Président s’était contenté sur ce chapitre de considérer que «oui, il y a des réglementations parfaitement obsolètes, Paris est quand même la seule ville au monde où on a du mal à trouver un taxi». Vendredi, l’Elysée précisait que, dans son courrier, le candidat Sarkozy se disait certes «hostile à la déréglementation» mais aussi «ouvert à des discussions avec la profession sur quelques ajustements de la loi de 1995». Et qu’il n’y a donc pas de contradiction avec la mission confiée au préfet Chassigneux pour «desserrer les contraintes réglementaires encadrant l’activité de taxis». Vendredi, François Fillon a lui aussi été prudent sur le sujet: les idées d’Attali sont «une piste de travail intéressante mais non exclusive».

Source: Libération


Paris est-il vraiment en panne de taxis ?

Tu fais la grève ? Evidemment !" La conversation était sur toutes les lèvres, et la réponse toujours la même, ce mardi à la borne de la porte de Saint-Cloud,  à Paris, à la veille du mouvement de grève des taxis contre certaines propositions du rapport Attali, dont la déréglementation du métier (lire notre article).

Tous adhèrent au mouvement. Tous sont très remontés contre les idées du rapport, du moins certaines. Seul Ben, 60 ans, dans le métier depuis 20 ans, annonçait qu'il travaillerait... mais parce qu'il "n'a pas les moyens" de cesser le travail. Etant locataire auprès d'une société de taxis, il doit verser à son employeur 140 euros par jour et donc faire au moins 25 courses quotidiennes pour être rentable, quand ses collègues artisans (indépendants) sont rentables à partir d'une quinzaine de courses par jour.

Comme une baguette ou un appartement

Un quota que tous affirment avoir du mal à atteindre. "Samedi, j'ai fait 22 courses, ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé", raconte Bernard, 55 ans, taxi depuis 34 ans, "mais en moyenne, j'en fais 10 à 12 par jour, voire 15". Même chiffre avancé par Al, Hassan, James ou encore Belaid. "On commence à gagner notre journée à 130 euros". Bref, les taxis cherchent le client.

Alors, qu'on ne leur parle pas d'ouvrir la profession à de nouveaux venus. Sans droit d'entrée qui plus est. Ni même contre le paiement d'une licence à prix réduit. "C'est comme si j'achetais un appartement très cher et que demain, l'Etat décidait que tous les appartements seront gratuits et qu'en plus je devais continuer à rembourser le mien !", illustre Bernard. Et pourtant, ils seraient quand même prêts à une concession : "il y pourrait y avoir un peu plus de taxis à Paris, mais pas trop ! On pourrait monter à 500 nouveaux taxis par an, au lieu des 300 annuels à Paris". Bernard propose même de faire un essai : en autoriser tout de suite 600 supplémentaires et voir si cela suffit. Mais, augmenter le nombre de taxis ne résoudrait pas tout, selon eux.

A la recherche du client la moitié de la journée

Car le problème vient d'ailleurs, plaident-ils. "Les Parisiens sont râleurs !", pour Bernard et James -57 ans et 11 ans de métier-, même s'ils reconnaissent qu'eux aussi "préfèrent acheter leur pain au coin de sa rue plutôt qu'à l'autre bout de la ville". 

Si les taxis manquent parfois, c'est, disent-ils tous, la faute aux heures de pointe et aux embouteillages. Les chauffeurs se disent débordés de demandes deux heures le matin -entre 7h30 et 9h30- et trois heures le soir -entre 16h30 et 19h30. Des heures durant lesquelles ils ne peuvent pas faire autant de courses qu'ils le souhaiteraient, à cause du "trafic qui n'est que rarement fluide". "On est coincé dans les embouteillages et du coup les clients ont le sentiment qu'il n'y a pas de taxi", explique Normil, 46 ans, dont 8 en tant que taxi, seule femme de toute la file.

Et le reste du temps, déplorent-ils tous, "on ne fait plus rien". Et avec les compteurs qui calcule leurs heures de travail réglementées, ils ne peuvent pas rentrer faire une pause pendant les heures creuses, pour repartir au moment du rush. Certains plaident même pour la suppression de ces horodateurs.

La borne salvatrice

En attendant, les voilà tous -une bonne vingtaine-, à 11h30 du matin, faisant la queue à la station. Mais pas n'importe laquelle. Toutes ne sont pas rentables. "Prenez la borne à 200 mètres d'ici, sur le boulevard des Maréchaux, on n'y va jamais, car il n'y a jamais de clients, on attendrait trop longtemps", explique James. Alors qu'à la station de la porte de Saint-Cloud, il n'a attendu qu'un petit quart d'heure pour remonter la file de taxis et obtenir son client.

Et quand on avance que de nombreux clients ne vont pas jusqu'à une station pour les trouver, beaucoup répondent qu'ils ne vont "pas se balader dans toutes les petites rues" de la capitale. "En plus ça coûte du carburant." Chacun en a entre 20 et 40 euros par jour, affirment-ils. Alors moins ils bougent entre deux clients, mieux c'est. D'ailleurs le système des bornes, ils sont pour. Ce qu'il faut, dit Hassan, "les rendre plus efficaces et améliorer l'information" : "que les clients sachent où elles se trouvent". Et "mieux les placer", renchérit Al.

Plus de couloirs dédiés

Autre souci : les destinations où ils sont "à peu près sûrs de ne pas pouvoir ramener un client". Exemple : "la Défense à 8 heures du matin", comme le raconte Jean, 58 ans, 30 ans de métier. "C'est un quartier de bureau, donc le matin, personne n'en part. Et je dois revenir dans Paris avec mon taxi vide. Et ça me prend ½ heure ou même ¾ d'heure, parce qu'il n'y a pas de couloirs dédiés sur cet axe".

Voilà l'une de leurs revendications. Plus de couloirs dédiés, faute de pouvoir résorber les embouteillages aux heures de pointe. Bertrand Delanoë a certes "fait un effort", mais pas assez, et puis "certains couloirs ne fonctionnent pas, comme le boulevard Magenta", cite Jean. La FFTP (Fédération française des taxis de province) plaide même pour l'étalement des arrivées des TGV pour éviter l'embouteillage de clients à l'arrivée des trains en province.

"Le samedi, ça craint trop"

Et, rappelle Lawrence, 44 ans dont la moitié au volant de son taxi, "on n'a pas le droit de refuser un client à cause de sa destination". Pour les aéroports, c'est différent, "au moins, on peut rentrer avec un client", mais "ça prend du temps". D'ailleurs, tous sont pour la proposition d'Attali de "créer une voie dédiée aux taxis, aux bus et au covoiturage entre Paris et les aéroports". "Au moins on récupèrerait les 2 heures qu'on perd à attendre un client devant l'aéroport."

Dernier problème : les soirs, surtout les soirs de week-end. Beaucoup ne veulent même plus travailler à ces périodes là. "Le samedi, ça craint trop. Les gens sont ivres, violents ou s'enfuient sans payer. Je l'ai fait 7 ans, mais depuis 2 ans, je ne veux plus", explique Hassan qui ne compte plus les fois où il a dû laver sa voiture après un ‘accident de parcours'. De plus, le taxi est responsable de celui qu'il transporte, rappelle Al. Donc s'il "prend un client ivre, et qu'il tombe et se blesse", c'est Al qui sera responsable.

Source: LCI.fr


Chrono 43

Chrono_43_2 Passioné d'automobiles, vous allez adorer cette boutique de modélisme ou l'on trouve des voitures de serie mais aussi et surtout des voitures de course (formule 1, 24 heures du mans, rallye....) à l'echelle 1/43e, mais également au 1/87e ou 1/24e.
L'équipe de Chrono 43 réalise depuis plusieurs années des dioramas (pièces uniques et numérotées) pour la simple passion de mettre en scène des ambiances de courses automobile. C'est un travail incroyable dont vous trouverez une illustrations ci-dessous.

Diorama_01_2

Lors de vote prochain passage à Deauville, n'hesitez pas à vous rendre à la boutique Chrono 43 pour l'espace d'un instant venir rêver, discuter, rencontrer d'autres passionnés ou acheter la miniature dont vous rêvez.

Chrono 43, 17 avenue de la République
14800 Deauville
Tél: 33 (0)2 31 81 58 43
Fax: 33 (0)2 31 81 59 73